L’histoire

La deuxième moitié du 19ème siècle est reconnue comme l’âge d’or de l’hôtellerie suisse. Les voyages et les vacances en Suisse étaient particulièrement prisés par la bonne société européenne. Le Lac Léman et le Lac des Quatre-Cantons ont été les premiers à voir émerger d’immenses palaces sur leurs berges, avant que le phénomène ne se répande le long des plus importants axes de communication puis se retrouve dans des coins plus reculés situés dans les montagnes.

En 1880, la commune de Binn accorda à l’hôtelier de Fiesch, Josef Speckly, une concession pour construire une maison d’hôtes à Schmidigehischere, le chef-lieu de la vallée. Celui-ci s’associa à Elias Walpen de Binn et à Josef Schmid d’Ernen pour bâtir l’hôtel. Avant le début de la construction en 1881, Speckly et Walpen quittèrent le consortium et Josef Schmid se retrouva seul. Sa femme, Maria Schmid d’Ernen née Kräig, issue d’une famille aisée, a apparemment représenté la force vive derrière la construction de l’hôtel. Elle a par la suite également dirigé l’hôtel dès 1883, même si les documents officiels de cette époque mentionnent uniquement le nom de son époux.

Les premières années de gestion ont été florissantes. Un agrandissement de l’hôtel en direction du Nord a ainsi pu être réalisé en 1897. Avec l’irruption de la Première Guerre mondiale, les clients anglais se sont faits plus rares. Durant cette période, l’activité a tourné au ralenti et a à peine été récupérée au cours des décennies qui suivirent.

La famille Schmid dirigea l’Hôtel Ofenhorn à Binn pendant trois générations. Ils abandonnèrent l’affaire en 1969: la recette était trop maigre pour couvrir les énormes besoins de rénovation.

En 1972, la « Pro Unter und Mittelgoms AG » (PUMAG) a fait son entrée dans l’histoire de l’hôtel. Elle racheta l’Ofenhorn et y investit environ un demi million de francs. L’hôtel fut équipé d’un chauffage central et toutes les chambres obtinrent l’eau courante. Mais la PUMAG n’était pas sorti d’affaire. Lorsque les façades commencèrent à s’effriter et que le toit devint perméable, la société anonyme se retira de l’aventure àBinn.

La commune de Binn rechercha alors une solution pour sauver l’Hôtel Ofenhorn. Elle fonda la coopérative « Pro Binntal » en 1987. De fait, en quelques mois, plusieurs centaines de personnes de toute la Suisse rejoignirent la coopérative et constituèrent un fond de plus d’un million de francs pour racheter l’hôtel et restaurer le revêtement du bâtiment. En 1990, l’hôtel fut sauvé du délabrement. Mais les moyens pour restaurer les espaces intérieurs manquaient encore.

Ce n’est qu’en 2006 que la coopérative relança la machine pour réaliser son rêve. En effet, le nouveau comité parvint à enthousiasmer ses membres ainsi que plusieurs fondations avec son projet de restauration de l’intérieur et de mise aux normes environnementales de l’hôtel grâce à une chaudière à bois. Plus de trois millions de francs furent ainsi investis jusqu’en 2011. Les trois quarts de l’intérieur de l’hôtel ont alors pu être rafraichis et l’éclat de la Belle Époque brille aujourd’hui à nouveau.

Conseil de lecture:

Brochure en allemand „125 Jahre Hotel Ofenhorn, Binn“, 32 pages, beaucoup de photos, coopérative Pro Binntal 2008 (disponible à la réception ou à la coopérative Pro Binntal).

 

Contact

Hôtel Ofenhorn
Ufem Acher 1, CH-3996 Binn
Téléphone +41 27 971 45 45
E-Mail


Hôtes:
Regula Hüppi et son équipe

© 2011 - 2018 | webdesign, webentwicklung, webhosting powered by indual